Distinguido, 5 mois

Distinguido, de plus en plus indépendant!

Distinguido, la suite

Distinguido était un peu timide en arrivant. Beaucoup de changements, un déménagement, d’autres chevaux, une Luna effrontée, Ona en mère très protectrice de Luna. Mais petit à petit, Distinguido se laisser aller. Il a les allures de sa mère, la robe de son père. On le trouvait vilain petit canard au début. Quelle injustice, quelle erreur de jugement, quelle faute de goût!

Luna et son copain

Distinguido et Luna, c’est pas encore une histoire qui roule. On se méfie, on s’épie, on se guette, on se cache derrière les arbres ou derrière maman.

Didi: le retour!

Didi Omega est revenue à la Solsida. Mais pas seule.

Nous avons acheté Didi gestante. Le poulain devait rester la propriété du vendeur. Le bébé est né le 26 janvier 2021 et, quatre mois plus tard, le 26 juin, Didi est rentrée à la maison avec son joli palomino, baptisé Distinguido.

Luna 3 semaines

Elle sera baie!

Deux semaines ont passé…

La vie…

Luna, la star

Luna, à 1 semaine.

Les jours passent…

Le temps passe trop vite. Luna a grandi à toute vitesse. La petite a un succès incroyable auprès des éleveurs espagnols. « Guapissima ». « Quelle classe », dit le maréchal. On en rougit, de tous ces compliments, sincères ou flatteurs, peu importe. En tout cas, je suis d’accord. Elle est trop belle!

Luna, 7 jours de vie

Une semaine depuis la naissance de Luna. Tout se passe à merveille. Ona est calme, relativement calme. La pouliche grandit à toute vitesse. Kefren veille et n’oublie pas de manger. Et tout le monde attend l’arrivée de Didi Omega et de son poulain palomino…toujours à baptiser.

Elle est là…

Luna est née il y a deux jours! Comme une lettre à la poste, comme on disait chez nous quand La Poste était encore efficace.

Lundi matin 27 avril 2021. Je descends à l’écurie pour donner le foin comme d’habitude. Tout est calme, mais je vois les fameuses gouttes de cire sur les tétons de la mamelle bien gonflée de Ona… et je me prépare à une nuit blanche. Au programme des urgences, brancher le babyphone tout neuf, terminer la préparation du box. .. Mais d’abord, petit déjeuner, répondre à quelques courriels, un coup d’oeil à facebook. Et retour à l’écurie.

Et là…4 oreilles pointent entre les barres de la terrasse du box. Quatre?

Elle est là. Presque sèche. Debout. Un peu, beaucoup bancale, mais debout. Le placenta est bien là. La fabuleuse maman Ona a fait tout juste, tout parfaitement, efficacement. La pouliche a déjà tété, à voir l’état de ses naseaux et de sa moustache.

Luna est née avec environ une semaine d’avance sur le terme. Tout est en place et la petite est bien vigousse.

Un peu étonnée de ce qui lui arrive, Luna doit mettre en place ses neurones et allumer les connections à tous les étages Elle a déjà fait tellement de choses en une heure ou deux de vie. Respirer, se tenir debout, trouver le garde-manger et sa clef, regarder des bipèdes gloussant stupidement et des quadrupèdes à grosses dents. Les chiens aussi hébétés que nous. LA VIE!

Jordi notre vétérinaire, qui n’était pas très optimiste après la placentite dont Ona a souffert au sixième mois, Jordi que j’appelle au téléphone a les mots du vieux sage zen: « La nature a fait son travail ». Inutile pour lui de se déplacer et de faire le contrôle que je lui réclame. Tout est parfait, dit-il.

La pouliche s’appelle Luna. Pas très original. Mais ce nom nous rappellera longtemps l’habituelle controverse familiale, les deux tiers mâles tenant mordicus à démonter les dictons populaires auxquels s’accroche fermement le tiers femelle. Le jour d’avant la naissance, je reçois le rappel d’un ami éleveur de Tarragone: « Attention, c’est la pleine lune demain. Prépare-toi à la naissance! » Les mâles de la Solsida rigolent et se tapent mutuellement et virtuellement sur le ventre. Or la lune était bien pleine la nuit du 26 au 27 avril. Et toc!

Encore deux jours…

A partir du 20 avril, le poulain d’Ona et Kefren sera viable et non plus prématuré. On commence à espérer. Attente fébrile. La caméra de surveillance de l’écurie est commandée. Ona ressemble à une bétonnière sur 4 pattes. Elle aussi trouve le temps long (si j’ose faire un peu d’anthropomorphisme).

Encore une semaine…

La gestation de ONA n’a rien d’un long fleuve tranquille. Au 5e mois, elle a présenté des signes inquiétants laissant présager une mise bas très-très prématurée. JORDI notre vétérinaire est arrivé sur les chapeaux de roue. ONA avait déjà du lait. Le diagnostic de l’échographie était clair: placentite.

JORDI a commencé un traitement d’antibiotiques une semaine par mois jusqu’à la mise bas et tous les jours une dose de progestérone. Et tout le monde a croisé les doigts.

Jordi a fait une échographie chaque mois. La placentite est guérie…Si ONA garde son poulain jusqu’au 20 avril, tout finira bien.

Aujourd’hui, 13 avril, il reste une semaine de suspense. Le terme est au 6 mai, mais le poulain devrait être viable dès le 20 avril.